RSS

Archives de Tag: datoga

Tanzanie 6 – Les Datogas

Les voisins des Hadzabe sont leurs copains les Datogas. La chasse et la cueillette permettent aux Hadzabe de se nourrir, se couvrir, se loger etc. mais il y a un truc qu’ils ne trouvent pas comme ça dans la nature: les pointes de leurs flèches. Et comme ça tombe bien! Les Datogas justement font des pointes de flèches à partir de vieux métaux: ce sont des forgerons. Et même s’ils font de très jolies pointes de flèches, comme ça ne se mange pas, il arrive qu’ils aient faim et soient prêts à échanger quelques pointes de flèches contre un impala fraîchement tué.

Un travail de schtroumpf costaud

Nous avons été chaleureusement accueillis par Monsieur Datoga et ses épouses qui nous ont donné un petit aperçu de la vie au pays des Datogas, et notamment une démonstration du savoir-faire ancestral du travail du fer. Point d’équipement sophistiqué ni de phase à chaud, le travail du fer se fait ici au coin du feu à force de moult huile de bras. En particulier les bras de l’assistant souffleur, que je remplace sur la photo, mais pour être franc, je fais pas un bon souffleur parce que j’étais fatigué après 3 minutes, alors que le gamin a tenu une bonne demi-heure sans broncher.

Si j’étais bien impressionné par ce forgeron qui arrive à recycler une vieille pièce de carrosserie en bracelets adornés, il faut bien avouer que son petit business ne joue pas à armes égales contre le reste de l’industrie métallurgique mondiale, et je ne parierais pas bien gros sur sa prospérité à long terme. Les chasseurs d’à-côté, tant qu’on leur fout la paix et qu’on les laisse chasser, trouveront toujours bien à manger quoi que fasse l’industrie alimentaire mondiale. Les Maasai pourront manger leurs vaches tant qu’ils auront de quoi les faire paître. Mais l’infortuné Datoga aura un peu de mal à se nourrir du fruit de son labeur quand ses voisins achèteront leurs armes aux Chinois. Mais il a peut-être déjà flairé le piège et le fait qu’on est là en visite payée est le résultat de sa reconversion au secteur du tourisme, et les petits bracelets lui rapportent en fait peut-être déjà plus que les pointes de flèches.

En fin de visite (après le passage par la boutique), nous prenons congé de la famille après une dernière chanson d’adieu menée par Mère-Grand.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 28/01/2012 dans Travel

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :